mardi 20 septembre 2022

Dégustation Auxey-Duresses & Monthélie du 6.09.2022

 


Rentrée des classes, reprise des activités associatives, relance de nos dégustations annuelles.
Voici bien le lot habituel de l’entame de chaque quatrième trimestre tant que ce dernier ne se voit pas contrarié comme les années précédentes par des phénomènes épidémiologiques. Espérons vivement que cela ne se renouvelle pas et qu’aucun facteur ne vienne dérégler le bon cheminement des activités. 

De notre côté, pour débuter cette nouvelle année, nos verres vont se poser en terre bourguignonne en Côte de Beaune et plus précisément dans deux petites appellations, en superficie, et faisant preuve, à tort, d’une réelle modestie en termes de médiatisation mais qui peuvent nous réserver de belles surprises, avec un très bon rapport prix / plaisir.

Il s’agit donc des deux appellations contiguës Auxey-Duresses et Monthélie situées sur les villages éponymes.

En bref :

Auxey-Duresses :

Ce village de 297 âmes se situe au seuil d’une vallée qui, depuis la Côte de Beaune, s’enfonce dans les Hautes Côtes sur la route de La Rochepot et d’Autun.Auxey-Duresses (prononcé Aussey) avec ses hameaux de Petit-Auxey et de Melin, est sans doute, en Bourgogne, l’un des sanctuaires de la vigne celte et gallo-romaine. Cette ancienne dépendance de l’abbaye de Cluny partageait jadis son activité entre moulins à grains et pressoirs à raisins. Seuls ces derniers subsistent aujourd’hui pour produire cette AOC instituée en 1937.

Monthélie :

Au balcon des premiers reliefs de la Côte de Beaune, Monthélie (on dit Month’lie) avec ses 166 habitants se situe entre Volnay et Meursault.

« Pittoresquement blotti contre l’arrondi de la colline comme la tête de saint Jean au creux de l’épaule du Christ, Monthélie ressemble à un village de Toscane » écrit Pierre Poupon (auteur de nombreux ouvrages sur la Bourgogne).

Pentu et resserré, riche d’un château, de vieilles maisons et de bonnes caves, ce beau village fut longtemps placé sous l’autorité de l’abbaye de Cluny.

« Une poule y meurt de faim durant la moisson », prétend le proverbe : depuis toujours la vigne emplit en effet le paysage.

Par ailleurs, pour parfaire votre curiosité, vous pourrez également trouver dans ce blog une présentation plus exhaustive de ces deux appellations via les liens suivants :

Monthelie

Auxey-Duresses

Faut-il croire que le thème proposé n’a pas laissé aucun de nous indifférent ou est-ce l’effet reprise ou bien la conjugaison des deux car nous nous sommes retrouvés pas moins d’une quarantaine, anciens et nouveaux adhérents ainsi que quelques invités à trouver place dans notre salle habituelle.

Cette audience, je tiens à la saluer et je me dois vous en remercier.

Naturellement, ce niveau d’assiduité est plus que souhaitable, à charge pour nous, organisateurs, d’assurer que la teneur de ces séances de dégustation réponde à chaque fois à vos attentes.

Sept vignerons différents ont été sélectionnés pour parcourir ces deux appellations et il sera proposé pour chacune d’elles, 4 vins (1 blanc et 3 rouges) sur le millésime 2019 (Dommage, cette unicité n’a pas pu être respectée car le blanc de Monthélie sera de 2018). Par ailleurs, cette sélection et les achats se sont effectués essentiellement sur différents sites de ventes sur internet selon leurs appréciations et … leurs prix de revient, hormis les flacons du domaine Bonnetain.

En préalable, un petit commentaire sur ces deux millésimes en Bourgogne :
2109 : noté 17/20 (Source : Idealwine)
Vins blancs/rouges : Après un hiver 2018/2019 particulièrement doux et un printemps relativement frais, l'été a été chaud et sec, ponctué de plusieurs phases caniculaires. Ces conditions ont donné une qualité de vendanges exceptionnelle et de faibles volumes. Les vins affichent un très beau potentiel, avec une belle fraîcheur, tout en restant gourmand. Encore un millésime en 9 remarquable en Bourgogne.
2018 : noté 16/20 (Source : Idealwine)
Vins blancs : L'année 2018 a été particulièrement chaude et sèche, avec une température moyenne en hausse de presque 2°C et une faible pluviométrie. Cependant le printemps pluvieux, notamment la fin du mois de mai, a permis le bon développement de la vigne, pour finalement donner des vins blancs alliant un bel équilibre entre une fraîcheur préservée et le caractère solaire du millésime. 
Vins rouges : L'année 2018 a été particulièrement chaude et sèche, avec une température moyenne en hausse de presque 2°C et une faible pluviométrie. Cependant le printemps pluvieux, notamment la fin du mois de mai, a permis le bon développement de la vigne, pour finalement donner une belle récolte et des vins rouges très bien équilibrés, croquants et structurés, caractéristiques d'un grand millésime. 

Tous les flacons ont été préalablement vérifiés et préparés : rondeur, acidité, toucher, tanins, longueur, … afin de détecter d’éventuels problèmes, on « assemble » ensuite les trois bouteilles de chaque cuvée dans des carafes afin d’homogénéiser le contenu de ces flacons et permettre leur oxygénation.
Ouf ! aucun défaut n’a été détecté.

Pour ne pas déroger à nos habitudes, nous commençons toujours les dégustations d'Amphores par un vin « mystère » ; le but étant d’essayer de découvrir à l’aveugle le cépage majoritaire ou unique de la cuvée.
Celui-ci-ci est en général en dehors du thème de la dégustation mais a parfois un lien avec elle.
Alors, partons à la découverte de cette traditionnelle bouteille ‘’Mystère’’. 

La robe est bien dorée.
D’une constitution svelte et dotée d’une chair peu aromatique, nettement moins qu’au nez, la bouche semble manquer d’acidité, sauf en finale où elle se montre plus juteuse et salivante.
Peu intense, le nez montre cependant une aromatique assez prononcée, très axée sur les fruits exotiques, avec une nuance mentholée. J’y décèle un peu de muscat, mais seulement une fois l’étiquette découverte.
Assez Bien + pour ce vin sans défaut mais sans caractère. D'autres dégustateurs ont plus apprécié semble-t-il.

Quésaco ?
Cela n’a pas raté. Perturbés par les fragrances muscatées émanant du verre, beaucoup se sont promené dans différentes régions viticoles et par bonheur quelques-uns, perspicaces se sont finalement focalisés avec prudence sur le cépage chardonnay.
Exact, c’était bien ce cépage, mais provenant d’un clone très particulier (le 809) qui produit des vins aux arômes muscatés que l’on retrouve essentiellement produit en Auvergne. A ce sujet, pour satisfaire votre curiosité cliquer ICI
En fait, il s’agit en fait d’une production du :
 
 
Présentation du domaine :
"Nous (Yvan Bernard et Audrey Baldassin) sommes situés à Montpeyroux, petit village du Puy de Dôme, à mi-chemin de Clermont Ferrand et d’Issoire, en plein cœur de l’Auvergne. Nous sommes considérés comme le vignoble des sources de la Loire. J’ai créé le vignoble en 2001, en reprenant diverses parcelles pour démarrer mon activité, car je n’ai aucune attache familiale dans le vin. Nous sommes engagés en agriculture biologique depuis 2009 (certifiée par Ecocert) et nous pratiquons la biodynamie depuis 2017 (le domaine sera certifié pour la récolte 2021). »
2020 marque un changement important pour le domaine. Audrey, qui est ma salariée depuis 6 ans, devient mon associée. Nous avons eu l’opportunité de racheter 3.5 ha de vignes sur de beaux terroirs volcaniques, ce qui permet de nous développer. Le domaine fait donc aujourd’hui 11 ha. Donc en 2021, le domaine va désormais s’appeler « Les chemins de l’Arkose». L’Arkose est la pierre de taille emblématique de notre village.  Nos terroirs sont variés, allant de sols de cendres volcaniques, de calcaire mélangé de basalte, d’argilo calcaire ou d’arkoses granitiques. Les onze hectares du domaine sont répartis sur les communes de Montpeyroux, La Sauvetat, Authezat, Corent et Boudes.

L’altitude est aussi un marqueur important de nos vins. Notre vignoble est situé entre 450 et 500 m, ce qui permet à nos vins de conserver fraîcheur et acidité. Notre cépage traditionnel est le gamay d’Auvergne. C’est un gamay autochtone à notre région, il est noir à jus blanc. Nous travaillons aussi le Pinot noir, et un peu de Syrah. Nos vins blancs sont composés de Chardonnay et d’Aligoté. Nous travaillons aussi une vieille vigne d’un hybride Seibel 5455, crée par croisement au début du siècle pour lutter contre le phylloxéra. Cette vieille vigne est très sentimentale pour nous, car elle a été plantée par la grand-mère d’Audrey. Nous faisons un pétillant naturel avec ces raisins. Finalement, nous produisons 12 cuvées différentes, que nous vinifions toutes le plus naturellement possible.

La cuvée : Domaine Les Chemins de l'Arkose  ‘’Au pied du mur’’  2021                            14,90 €
 
Appellation :        AOP Côtes d’Auvergne
Cépage :               100 % Chardonnay muscaté. ‘’Chardonnay muscaté clone 809’’.
                              Le chardonnay a été implanté en Auvergne à partir des années 1990. 
                Depuis divers clones dont le « 809 » une variété réputée pour ses côtés aromatiques puissants et sa fragrance « muscatée » toute singulière ont été introduite.
Terroir :                Basalte (Puy de Mur à Dallet)
Mode Culture :   Bio (achate de raisin).
Vinification :       Fermentation en cuve, levures indigènes. Malo faite.
Titre Alcool :        13°.

Nous entamerons notre dégustation par les vins de l’appellation Auxey-Duresses (1 blanc puis 3 rouges) suivis par ceux de l’appellation Monthélie (1blanc puis 3 rouges) ; processus qui viendra perturber le principe selon lequel la dégustation des blancs précède toujours celle ces rouges.

Après une rapide présentation générale des deux appellations, entamons notre dégustation.
 

 1 – Domaine Bonnetain 


 Domaine :
Entreprise familiale de 3.85 Hectares sur Auxey-Duresses, Meursault, Saint-Romain, Pommard.
 

La Cuvée : Domaine Bonnetain - Auxey-Duresses Blanc 2019                            20,00 €


Vignes :                       Vieilles vignes de famille, 75 ans.
Sols :                           Argilo-calcaire
Mode de culture :   Traditionnel des sols, traitements en lutte raisonnée avec un suivi et collaboration avec la chambre d’agriculture.
Vendange :               Manuelle, pressurage de la totalité des raisins avec pressoir en forme manuelle.
Vinification :            Débourbage 24 heures après, puis fermentation en cuve avant la mise en futs.
Elevage :                 12 mois sur cette cuvée de 8 Pièces avec 1 fut neuf, 1 fut de 1 vin, 1 fut de 2 vins, et 5 futs de 3 et4 vins. Bâtonnage sur lies environ 6 mois, puis soutirage au bout d'un an, repos du vin avant filtration avec réajustement du SO2 et duCO2.
Mise en bouteilles : Au domaine par gravité.

La robe est d’un or moyen.
Le nez dispose d’une belle intensité et d’une aromatique équilibrée entre arômes primaires (fruits blancs, noisette), secondaires (brioche) et tertiaires (grillé, vanille).
La bouche, relativement ample et habillée d’un voile de gras, est encore marquée par l’élevage, sur une aromatique vanillée et boisée. L’acidité ressort bien en finale, se montrant ainsi prometteuse, d’autant que l’allonge est tout à fait correcte.
Bien ++ mais à attendre.
 (Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022
 

 2 - Domaine Piguet-Chouet et Fils 

 
Le Domaine :
Depuis bien des générations, les Chouet et les Piguet cultivent la vigne et vinifient leurs crus, les uns à Meursault, les autres à Auxey-Duresses. En 1981, le mariage d’Anne-Marye (Petite fille de la plus vieille famille Vigneronne de Meursault et fils de Vignerons depuis des générations) & Max donne naissance à l’exploitation Piguet-Chouet, une union qui veut allier modernisme et tradition.
Partis de 4 hectares de vignes, l’exploitation s’étend aujourd’hui 12 hectares en Côte de Beaune. Depuis 2004, les deux Fils ont rejoint le domaine et apportent leurs connaissances : Stéphane s’exerçant à la vinification, William s’occupant de la partie technique, dans un souci de modernité concrétisé, entre autres, par l’achat de matériel de nouvelle génération et en privilégiant une viticulture durable. Tous ces efforts se voyant récompensés, tant par le Guide Hachette depuis 1996 que des médaillés aux Concours des Vignerons Indépendants et au Concours Agricole de Mâcon depuis de nombreuses années ainsi que dans différents Concours des Vins.
Héritiers d’un terroir d’exception et d’un savoir-faire familial, les cépages Pinot noir et Chardonnay s’épanouissent à merveille sur 16 appellations proposées sur les villages d’Auxey-Duresses, Meursault, Monthélie, Volnay, Pommard, Beaune et Savigny-lès-Beaune.
Depuis toutes ces années, le travail s’effectue dans le plus grand respect de l’Environnement, en limitant les traitements avec un travail des sols très attentionné ; tous ces efforts se sont vus concrétisés dernièrement par la certification HVE (Exploitation de Haute Valeur Environnementale.

A la vigne, le plus grand soin est apporté aux raisins, les vendanges s’effectuant à maturité. La vinification reste traditionnelle et moderne, avec un élevage de 12 mois en fûts de chêne dont 20% de bois neuf. (Quelques personnels secrets de vinification viennent parfaire l’expression du terroir).
 

La cuvée : Domaine Piguet-Chouet et Fils   Auxey-Duresses rouge 1er cru ‘’Le Val’’  Cuvée Stéphane  2019      26,00 €

 
Appellation :              Auxey-Duresses 1er cru
Dénomination :         Climat du Val
Cuvée :                        Le Val - Cuvée Stéphane
Cépages :                    Pinot noir (100%)
Sols :                            Argilo-calcaires
Elaboration :              Culture raisonnée.
Utilisation de tables de tri, Egrappage total, Macération pré fermentaire à froid.
Vinification :              Selon méthode ancestrale, Eraflage.
Elevage :                     En fût de chêne.

La robe n’est pas si claire pour un pinot noir, et très violacée sur la frange.
D’intensité moyenne, le fruité passe d’abord au second plan derrière des notes désagréables de type sueur, qui vont heureusement s’effacer à l’aération dans le verre. La cerise et la mûre apparaissent alors, accompagnées de notes fumées.
La constitution charpentée de la bouche est renforcée par des tanins solides et accrocheurs, ainsi que par un fruité certes beau mais sombre.
La finale de longueur honnête est plus précise.
Bien + et à attendre pour que tout se mette en place et s’affine
(Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022
 

 3 - Domaine Pascal Prunier-Bonheur 


Domaine :
Ce domaine à taille humaine (8 hectares) perpétue la tradition familiale alliée aux méthodes actuelles. Le labour est de mise pour éviter les désherbants industriels et la date des vendanges est primordiale pour obtenir des raisins "à point". Le calendrier lunaire rythme le travail à la vigne et au chai. Une table vibrante permet, en plus du tri à la vigne, d'obtenir une vendange saine, et les levures indigènes sont utilisées pour la fermentation (en fûts pour les blancs) et un maximum de 10% de rafles sont utilisées dans la vinification, selon les cuvées et les millésimes. Le cuvage dure de 2 à 3 semaines et les vins sont très peu pigés (2 à 3 fois par an). Les vignes ont en moyenne plus de 60 ans.

L’élevage se fait en fûts (10 à 20% de fûts neufs selon les cuvées). Les rouges sont élevés dans des fûts traditionnels bourguignons de 228 litres. La mise en bouteilles est effectuée 15 à 18 mois après. 

La cuvée : Domaine Pascal Prunier-Bonheur Auxey-Duresses rouge 1er cru  ‘’Les Duresses’’  2019                                    33,00 €

 
Fiche technique rédigée par domaine :
Terroir :
La parcelle occupe le flan sud de la montagne du Bourdon qui présente une assise marno-calcaire très caillouteuse. Ces deux facteurs alliés au grand âge de la vigne confèrent au vin la maturité alliée à une certaine minéralité gages d'équilibre et de perspective d'un grand Bourgogne.
Situation : 
A l'entrée du village, la parcelle occupe le coteau est de la vallée, exposé plein sud et fait le trait d'union avec les Monthelie 1er cru voisins.
A la vigne :
Le domaine conserve les méthodes traditionnelles tout en utilisant des techniques et des outils actuels : taille selon les lunes, application de faibles doses aux moments opportuns. La démarche utilise les fondements de l'agriculture biologique, en employant seulement du soufre et du cuivre. Le rendement est également contrôlé de façon très stricte pour conserver suffisamment de concentration. 
Age moyen des vignes : 85 ans.
Vinification et élevage :
La vendange manuelle subit deux tris successifs : un premier à la vigne puis le second lors de son arrivée en cuverie où elle est ensuite égrappée -totalement ou petite proportion de vendange entière selon les années-, puis encuvée et refroidie.
Après une macération pré-fermentaire à froid de 4 à 7 jours destinée à développer les parfums et la matière, la température est graduellement montée jusqu’à un maximum de 30 - 32 °C dans le but d’extraire la couleur.
La fermentation alcoolique est assurée par les levures indigènes afin de préserver au maximum le terroir. Les remontages sont réguliers tout au long de l'étape fermentaire afin de bien homogénéiser le moût.
La durée de cuvaison varie entre 16 et 21 jours. Le vin est élevé pendant 16 à 18 mois en fûts avec une proportion de 20 % de fûts neufs qui vont lui conférer une complexité supplémentaire sans en masquer la nature profonde.
La mise en bouteilles est effectuée à la propriété par nos soins. Toutes les dates d'intervention sur les vins -soutirage, mise en bouteilles- sont choisies en se basant sur le cycle lunaire.

La robe est assez claire, dotée de reflets violine peu marqués.
Intense et net, le fruité du nez s’axe sur la cerise, juste teinté de framboise et d’une touche boisée élégante.
La bouche allie, avec un bel équilibre, une gourmandise de fruit, un boisé intégré (20 % de fûts neufs), de la fraîcheur et de la rondeur. Les tanins sont déjà apaisés et la persistance toute en finesse.
Très Bien (+) pour ce beau vin qui peut déjà être fort apprécié et peut également attendre quelques années.
(Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022.

Accord mets et vins : Peut accompagner à merveille les belles viandes rouges, grillées ou en sauce mais convient également très bien aux pièces de veau ou de porc. Magnifique sur les risottos de toute sorte ! Parfait avec les fromages et, pourquoi pas, les desserts au chocolat noir lorsqu'il commence à vieillir.
 

 4 - Domaine Taupenot-Merme 


Domaine :
En 1963, Jean Taupenot épouse Denise Merme, scellant ainsi l’union de deux vignobles, le premier sur Saint-Romain et Auxey, le second entre Gevrey et Nuits-Saints-Georges,7ème génération de deux familles bourguignonnes dont l’histoire viticole remonte au XVIIIème siècle. Le domaine, implanté à Morey Saint Denis, est devenu via le développement tant de son terroir que de ses méthodes de vinification, une référence parmi les grands vins de Bourgogne.
Le vignoble :
L’exploitation fait aujourd’hui 13,2 hectares en production bio, avec 1,5 hectares de chardonnay, 0,5 de gamay et surtout 11,4 en pinot noir, Ce terroir, dont les vieilles vignes sont âgées de 35 ans en moyenne voire 60 ans pour certaines parcelles, est réparti sur d’emblématiques terroirs de Grands Crus, Premiers Crus ainsi que des appellations villages et régionales ; les appellations principales étant Mazoyères-Chambertin et Charmes-Chambertin. La production annuelle est d’environ 70 000 bouteilles, exportées à 80%.
Elaboration :
Longtemps dirigé par Jean Taupenot, qui produisait des vins de terroir, assez traditionnels, le domaine a été repris en main il y a une dizaine d’années par ses deux enfants, Virginie et Romain.
Ils se sont rapidement orientés vers une agriculture biologique depuis 2001, supprimant les intrants chimiques et travaillant dans le respect des vignes. Relevons, par exemple, que les sols sont labourés et griffés plusieurs fois dans l’année, que la taille des vignes est raisonnée pour maîtriser les rendements, ou encore que les ceps sont ébourgeonnés et effeuillés après floraison, côté soleil levant.
La durée de l’élevage des vins rouges et la proportion de fûts neufs sont adaptées à chaque cuvée, selon le verdict des dégustations. Ils ne subissent ensuite ni collation ni filtration. Le chardonnay quant à lui est pressé en raisins entiers, débourbé avant une fermentation de plusieurs semaines, élevé sur lies fines puis légèrement filtré pour maintenir une certaine brillance aux blancs.
Notons enfin que Virginie et Romain, malgré ces démarches respectueuses de la vigne et de l’environnement, ne revendiquent aucun label. Leur démarche vise à satisfaire les consommateurs en élaborant des vins au plus près de leurs terroirs.
 

La Cuvée : Domaine Taupenot-Merme - Auxey-Duresses rouge 1er cru     2019                      47,00 €


Classement :                      1er Cru
Exposition :                        Sud /sud-est entre 260 et 360 mètres d’altitude, ce terroir est implanté sur un sol argilo-calcaire
Sols :                                   Argilo-calcaire.
Cépage :                             Pinot Noir 100%
Superficie parcelle :         0 ha 50 sur les Premiers Crus de Duresses et des Grands Champs.
Age de la vigne :               Une trentaine d’années
Vinification et élevage : Vendangés manuellement à pleine maturité, les raisins sont acheminés avec soin au chai, évitant ainsi une éventuelle oxydation ou macération pré-fermentaire incontrôlée, avant de faire l’objet d’un rigoureux tri.
Macération pré-fermentaire à froid (10°C) de 8 à 10 jours en cuves en inox thermorégulées puis macération fermentaire de 7 à 9 jours accompagnée de pigeages manuels et de remontages. Décuvage manuel sans pompage, avant un pressurage pneumatique par fractionnement et à basse pression afin d’assurer l'extraction des plus nobles tannins. Dégustation du vin de presse avant assemblage.
Entonnage 36 à 48 heures après le débourbage afin de préserver un maximum de lies fines.
D’une durée de 15 à 18 mois, l'élevage sur lies est réalisé en fûts de chêne (dont 30 à 40% de fûts neufs.
Mise en bouteille sans collage ni filtration afin d’optimiser l'expression naturelle du terroir.

La robe assez sombre paraît bien jeune.
Le nez d’une bonne intensité et profond, nous envahit de fruits très noirs, de mûre et de cassis.
La chair très mûre et consistante offre de la mâche, avec des tanins généreux et arrondis. L’acidité est calibrée au niveau minimum requis et la finale dure grâce à l’élan en force de la matière.
Bien ++ mais avec un profil qui évoque la syrah, à attendre impérativement
 

 5 - Domaine de Montille 


Domaine :
Son historique :
Créé dans les années 1750, l’histoire du Domaine prend un premier tournant en étant baptisé : "de Montille" en 1863. À l’époque, la famille est propriétaire de climats prestigieux tels que Musigny, Bonnes-Mares et Les Amoureuses. Au total, 12 hectares de terroirs magnifiques, plantés en Pinot Noir en Côte de Nuits et Côte de Beaune. Malheureusement, la famille de Montille sera contrainte de se séparer de nombreuses parcelles. Petit à petit, le domaine s'effrite pour descendre à seulement 3 hectares, essentiellement sur Volnay.
Quelques années après la fin de la guerre, Hubert de Montille reprend les rênes. C'est un véritable tournant pour le domaine. Dès sa première vendange, en 1947, il rompt avec la coutume de vendre les vins aux négociants. Hubert de Montille sera l'un des premiers à croire en l'avenir de la bouteille, ce qui jouera un rôle capital dans l'avenir du domaine. Au fil des décennies, les vins gagnent notoriété, ainsi, après un travail considérable, il placera son Domaine parmi les Grands Noms de la Bourgogne en exprimant de manière très précise chaque terroir comme peu savent le faire.
L'histoire se poursuit ensuite avec le fils de Montille, Étienne. Il met fin à une carrière d’avocat d’affaire pour apprendre aux côtés de son père tout en validant ses diplômes d’oenologie. Il rejoint la propriété officiellement en 1983 et prend petit à petit la gestion de la vinification. En 1995, Étienne est officiellement co-gérant avec son père.
Conversion en agriculture biologique la même année (1995) puis 10 ans plus tard en biodynamie (2005).
Les vins ont forcément évolué sur le plan stylistique. Moins d’austérité dans leur jeunesse, de rigidité dans la structure en bouche ou de dureté dans les tanins. Étienne apporte des aromatiques plus pulpeuses et ouvertes ainsi qu’une matière de bouche plus gourmande. En revanche, l’identité terroir et l’effet millésime sont deux composantes propres à la patte de Montille et ceci est héréditaire, rien ne change dans l’expression sincère du terroir.
Le domaine, sa production :
Aujourd’hui, le domaine compte 35 hectares entièrement certifié en biodynamie, exercice particulièrement difficile sur une telle surface. Principalement étalée sur les premiers de la Côte de Beaune, la gamme se partage sur une trentaine d’appellations, autant d’expression sublimées par la patte de Montille qui excelle aussi bien en rouge qu’en blanc, rare qualité en Bourgogne.
Les vins rouges les plus notables sont les suivants : Clos de Vougeot et Corton Clos du Roi en Grands crus, Pommard 1es crus (Grands Epenots, Pézerolles, Rugiens) et 5 Volnay 1ers crus (Brouillards, Carelle sous Chapelle, Champans, Mitans, Taillepieds).
En Blancs : Corton Charlemagne, Meursault 1er cru les Perrières et Puligny Montrachet 1er cru les Caillerets.
Les vins jusqu’alors produit sous le Château de Puligny-Montrachet rejoignent, à partir du millésime 2017, le Domaine de Montille
Au chai, le Domaine de Montille favorise les grands contenants pour les fermentations alcooliques/malolactiques (en blanc) ainsi que pour l’élevage qui dure environ 1 an dans des demi-muids et barriques 400/500 litres. Pour les rouges, les extractions sont légères avec beaucoup de vendanges entières ce qui apporte verticalité, complexité aromatique et longueur en bouche. Les fûts sont renouvelés en bois neuf de 5 à 45% selon les climats.
Côté commercialisation, on retrouve les vins du Domaine de Montille chez les meilleurs cavistes, les plus belles tables gastronomiques et bars à vin réputés du monde entier. À noter qu'une très large partie de la production est destinée à l’export, d'où sa relative rareté en France.
 

La Cuvée : Domaine de Montille – Monthélie blanc 1er cru ‘’Les Duresses’’    2018             39,00 €


Classement :            1er Cru
Superficie :               0ha27
Cépages :                  Chardonnay 100%
Vignes :                     Jeunes vignes, de plants sélectionnés par le domaine.
Terroirs :                   Sol argilo-calcaire limoneux de mi coteau.
A la vigne, vinification et élevage :
Les vendanges sont entièrement manuelles et grâce à l'utilisation des pressoirs pneumatiques les presses sont modulées en fonction de la qualité du raisin et du profil du millésime.
Après un léger débourbage, les moûts sont entonnés en fûts principalement de 600 litres et aussi de 228 L où se déroule la fermentation alcoolique et malolactique.
5 à 20 % de fûts neufs avec des bois provenant essentiellement de l'Allier sont utilisés, en chauffe longue et légère.
Le premier soutirage a lieu après environ une année d'élevage sous-bois pour commencer alors la seconde phase (4 à 6 mois) en cuve inox afin de garder fraicheur et tension au vin.
L’élevage se conclu avec un léger collage suivi d'une filtration tout aussi respectueuse du vin avant son passage en bouteilles.

La robe est paille bien claire, quasiment translucide.
Le nez intense associe fruits blancs, avec de la poire de plus en plus prégnante à l’aération, et brioche beurrée, ainsi qu’une infime note grillée.
Malheureusement la bouche n’est pas du tout au même niveau, plate et manquant cruellement d’acidité. Il y a certes une bonne rondeur mais sans volume. Le boisé reste relativement léger et la finale est correcte mais ce vin n’a pas su éviter les pièges du millésime.
Bien (+)
(Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022.

Suggestion gourmande : Carpaccio de veau, pesto maison au basilic thaï, poissons grillés. 

 6 - Domaine Pierre Morey 

 
Domaine :
Itinéraire d’un vigneron précurseur :
Figure tutélaire de Meursault, Pierre Morey a marqué l’histoire de la viticulture et des vins de la Côte d’Or, au cours d’une carrière exceptionnelle, démarrée dès 1971. Sa connaissance intime (incomparable oserait-on dire !) des terroirs de la Côte de Beaune, son rôle précurseur dans l’adoption de la biodynamie et le rejet de la chimie sur ces terres qui lui sont si chères et bien sûr, la race unique de ses vins, empreints d’un classicisme intemporel, odes vibrantes à la beauté du vivant, tout cela fait de Pierre Morey une source d’inspiration pour de nombreux vignerons de France et d’ailleurs.
Ici, la vigne, c’est avant tout une affaire de famille… qui ne date pas d’hier ! Les Morey travaillent la vigne à Meursault depuis la fin du 18ème siècle. Mais c’est avec le père de Pierre, Auguste, que l’histoire du Domaine s’accélère, lorsqu’il devient métayer, en 1935, de la propriété des Comtes Lafon. En complément des quelques vignes familiales, Auguste, puis Pierre lorsqu’il le rejoint à la fin de l’année 1971, ont alors cette opportunité extraordinaire de travailler des parcelles et de produire des vins sur les meilleurs emplacements de Meursault (Perrières, Genevrières, Charmes…) … et même sur le Montrachet.
Viennent ensuite les années 1980 qui marquent un changement important : la famille Lafon décide de reprendre progressivement ses parcelles pour les exploiter directement (sous l’égide du jeune Dominique Lafon). Pierre décide alors de créer avec son épouse, Christiane Blanc, une petite activité de négoce (Morey-Blanc), véritable atelier de haute-couture, qui lui permettra de continuer à explorer de nouveaux terroirs et de vivre pleinement sa passion pour la vigne et le vin, tout en complétant la carte des crus qu’il pourra proposer.
La fin des années 1980 marque aussi le début d’une autre grande aventure pour Pierre : en 1988, en parallèle de la conduite du petit Domaine familial, Vincent Leflaive le recrute pour prendre la responsabilité technique, à la vigne et en cave, du légendaire Domaine Leflaive, à Puligny. Il signera alors, pendant 20 ans passés au côté d’Anne-Claude Leflaive, une des pages les plus passionnantes de l’histoire des grands vins de Puligny-Montrachet. C’est aussi à cette période, dès le début des années 1990, qu’il va adopter et mettre en pratique, chez lui et chez Leflaive, les principes de la biodynamie : un tournant majeur dans l’histoire des vins de la Bourgogne !
Comme il le dit lui-même : « pendant les années 80, je ne comprenais plus ce que je faisais : les produits chimiques pénétrants, systémiques envahissaient la Bourgogne ! ». Intuitivement, il comprit plus vite que les autres que cette voie était sans issue. Une rencontre décisive avec Claude Bourguignon, référence mondiale de l’analyse des sols et de leur vie microbiologique, ainsi qu’un drame familial (la disparition prématurée de son fils des suites d’une longue maladie) finissent de le convaincre qu’il « fallait tout faire pour favoriser la vie, celle des humains, celle des sols et celle de la vigne ».
Voilà finalement ce qui a guidé Pierre et qu’il a parfaitement su transmettre à sa fille Anne, qui travaille à ses côtés depuis 20 ans déjà et tient désormais solidement les rênes de ce domaine incontournable la passion de la nature et des terroirs ! D’ailleurs, lorsqu’on lui demande comment il qualifierait le style de ses vins, il nous répond avec modestie et non sans humour : « J’essaie de faire en sorte que les vins aient la gueule de l’endroit d’où ils viennent et reflètent la climatologie du millésime. Ce respect absolu des terroirs, il a su le transmettre à sa fille Anne, aujourd'hui en charge de la destinée de cette adresse iconique de Meursault.

Le domaine :
Le domaine de 11 hectares est réparti sur les communes de Monthelie, Pommard, Puligny-Montrachet et surtout Meursault ; il est travaillé en biodynamie.
Pierre Morey a également créé une petite activité de négoce depuis 1992 ‘’ Morey-Blanc’’, où les cuvées sont soigneusement sélectionnées. La qualité des terroirs et les talents du vigneron donnent de grands vins blancs, largement reconnus, mais aussi des rouges d'une grande finesse.
Savoir-faire :
La biodynamie est une méthode de culture qui respecte les lois de la nature. Toutes les vignes du domaine sont cultivées en biodynamie.
Respect de la vigne :
Le travail des sols, l’apport éventuel de compost, favorisent le développement de la vie microbienne des sols et améliorent donc les défenses et la santé de la vigne.
Les ceps étant plus résistants aux divers parasites et maladies, nous n’utilisons que de faibles doses de produits, exclusivement naturels, à des moments favorables.
Respect du raisin :
Soignés avec attention durant toute la campagne, sains et mûrs, vendangés manuellement, les raisins sont acheminés délicatement vers leur lieu de vinification et d’élevage : de vieilles caves bourguignonnes voûtées où les levures naturelles du vignoble favorisent les processus de fermentation.
Afin de retrouver dans nos vins une pleine expression de nos terroirs bourguignons, riches de grande diversités, l’élevage dure de longs mois (12 à 24 selon les crus et les millésimes).
Durant cette période, le vin logé en fûts de chêne, s’éveille, se nourrit, grandit, évolue, afin d’atteindre un équilibre subtil entre finesse, élégance, pureté et harmonie ; c’est le moment de la mise en bouteilles. Commence alors son vieillissement, nécessaire pendant encore quelques années pour profiter de la maturité tant attendue lors de la dégustation.
Cette patience que nous vous demandons vous permettra d’apprécier ces vins au meilleur moment.
Profondément ancré dans la tradition locale, Pierre Morey n’a jamais cédé aux sirènes du « tout blanc » si en vogue à Meursault et ailleurs sur la côte de Beaune : il a toujours pris soin de ne jamais abandonner le pinot noir, persuadé, à juste titre, que certains terroirs lui conviennent à merveille !
C’est sa fille, Anne, qui régale aujourd’hui avec des rouges souples, vivants et particulièrement charmeurs comme ce magnifique Monthelie 2019. Comme l’écrit le célèbre critique Neal Martin : « Ce vin confirme le talent considérable d’Anne Morey pour vinifier des rouges ! »
 

La Cuvée : Domaine Pierre Morey – Monthélie rouge  2019                                                   35,95 €  


Classement :        Village
Situation :         Plusieurs petites parcelles disséminées sur 5 lieux-dits, tout autour du village (Les Gamets, La Goulotte, Les Sous-Courts, Les Crays et Les Longères).
Superficie :           1ha32
Cépages :              Pinot Noir 100%
Vignes :                 Vieilles vignes, majoritairement plantées au début des années 1960.
Terroirs :           Sols variés : certains sont riches en argiles rouges, d’autres plus minces et crayeux, d’autres enfin, très caillouteux. C’est bien cette diversité parfaitement maîtrisée qui donne à ce Monthelie sa complexité, son équilibre et son charme fou.
Récolte :             Après une récolte manuelle, nous réalisons un tri sévère, si nécessaire aux vignes et systématiquement en cuverie.
L’égrappage est en général total juste avant la mise en cuve bois.
Vinification :       Durant la fermentation qui démarre après quelques jours de cuvaison, sans levurage, nous effectuons de légers pigeages et remontages. La température, plutôt basse au départ pour favoriser l’extraction de la matière colorante et des tanins en douceur augmente progressivement au fur et à mesure de la fermentation, dans une dynamique naturelle grâce à nos cuves de macération en bois de chêne.
D’ailleurs, la fermentation se réalise généralement assez rapidement grâce à la qualité des levures endogènes. En fin de fermentation, la température augmente et nous cherchons à garder quelques jours cette chaleur pour fixer la couleur avant le décuvage et la mise en fûts de chêne.
La fermentation malo-lactique a généralement lieu au début du printemps, grâce à des caves souterraines assez fraîches en hiver. Le premier soutirage (avec un très léger sulfitage de protection) intervient le plus tard possible, au bout d’un an environ.
Elevage :               Les vins connaissent un élevage de 15 à 24 mois selon les millésimes.
La mise en bouteilles s’effectue en douceur après assemblage des différentes pièces généralement sans collage ni filtration.
Ensuite commence le vieillissement en bouteilles.

La robe plutôt sombre affiche de beaux reflets violets.
Intense, le nez exhale un fruité noir et légèrement confituré sur le cassis. Des arômes floraux et une petite acidité volatile sont bienvenus pour l’équilibrer avec une belle fraîcheur.
Le premier acte en bouche prend un caractère confortable et flatteur, grâce à un beau fruit, une sensation chaleureuse voire capiteuse, et un toucher soyeux. Mais ce n’est que dans le deuxième acte que l’acidité arrive, devenant même pointue dans la finale de bonne allonge. L’ensemble dispose donc de qualités, mais assez dissociées et demandant à se fondre.
Bien ++ / Très Bien pour ce vin typé grenache qui doit être attendu.
(Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022.

Accords mets-vins : Des suprêmes de volaille aux champignons frais ou des aiguillettes de canard déglacées au vinaigre de framboise.
Service : A consommer dès aujourd'hui et jusqu'en 2030.
Température de service : 17°,
Aération d'une à deux heures en bouteille.
 

 7 - Domaine Pascal Prunier-Bonheur 

 
Domaine : Se reporter au flacon N° 3
 

La Cuvée : Domaine Pascal Prunier-Bonheur Auxey-Duresses rouge '’Les Crays’’    2019                                   25,00 €


Situation : La parcelle d’origine de ce vin est une propriété en fermage dont les ceps sont dans la pleine « force de l’âge » puisqu’ils ont 45 ans.
Terroir : Le sol est de nature argilo-calcaire et exposé plein ouest avec une vue imprenable sur la combe d'Auxey-Duresses, le village voisin.
Cépages : Pinot Noir 100%
Age moyen des vignes : 45 ans
A la vigne : Le domaine conserve les méthodes traditionnelles tout en utilisant des techniques et des outils actuels : taille selon les lunes, application de faibles doses aux moments opportuns. La démarche utilise les fondements de l'agriculture biologique, en employant du soufre et du cuivre. Le rendement est également contrôlé de façon très stricte pour conserver suffisamment de concentration.
Vinification : Egrappé à 100%, elle est refroidie à 12°C dès l'encuvage afin de faire une macération à froid pendant 3 à 8 jours. Suit une montée en température, le maximum se situant vers 30-32°C. Les remontages sont réguliers tout au long de l'étape fermentaire afin de bien homogénéiser le moût. La fermentation alcoolique est assurée par les levures indigènes afin de préserver au maximum le terroir. La durée de cuvaison varie entre 15 et 21 jours.
Elevage : L'élevage va durer de 15 à 18 mois, en totalité en fûts de chêne avec une proportion de 15% de bois neuf. Toutes les dates d'intervention sur les vins -soutirage, mise en bouteilles …- sont choisies en se basant sur le cycle lunaire.

Sa dégustation, les commentaires :
La robe est assez sombre et jeune.
Le nez intense présente un fruité chaleureux, mais dans le bon sens du terme, avec des fruits rouges bien mûrs de cerise, fraise et framboise, agrémenté d’une touche de ronce appréciable.
L’harmonie de la bouche est complète car le fruité charnu est bien mobilisé par une bonne vivacité et soutenu par des tanins fondus. La grande persistance de la finale est magnifiée par sa délicatesse et la belle salivation induite.
Très Bien + pour ce très beau représentant de l’appellation, qui peut au choix être bu ou attendu pour un supplément potentiel de complexité.
(Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022.
 

 8 - Domaine Faiveley 

 
Domaine, son historique :
Fondé en 1825, le Domaine Faiveley fait partie des références incontournables de la Bourgogne. Depuis 7 générations, la famille Faiveley perpétue avec passion un savoir-faire patiemment transmis en poursuivant une seule volonté : celle de révéler les plus grands terroirs de la Bourgogne dans un style alliant puissance, finesse et élégance. Découvrez-en plus sur ce domaine familial à l’origine de cuvées d’exception.
C’est au XIXème siècle que débute l’histoire du Domaine Faiveley. Artisan cordonnier, Pierre Faiveley fonde la maison Faiveley en 1825 dans le but de développer son activité de négoce. Son neveu, Joseph Faiveley, reprendra les rênes de la maison en 1860 en travaillant jusqu’à sa disparition, en 1923. Visionnaire et audacieux, Joseph Faiveley a laissé son nom au domaine tout en bâtissant progressivement sa réputation.
Personnage emblématique de la famille, Georges Faiveley fondera La Confrérie des Chevaliers du Tastevin, en 1934 avec l’aide de son ami, Camille Rodier. Cette initiative permettra à la Bourgogne de connaître un véritable regain en facilitant l’accès à la dégustation des Grands Crus.
Grâce à Georges Faiveley, le vignoble du domaine s’étend considérablement en Côte Chalonnaise et en Côte de Nuits avec l’acquisition de célèbres climats tels le Latricières-Chambertin Grand Cru, le Mazis-Chambertin Grand Cru, le Chambertin-Clos de Bèze Grand Cru ou encore le Gevrey-Chambertin 1er Cru Les Cazetiers. Alors âgé de 25 ans, c’est ensuite en 1976 que François Faiveley rejoint le domaine. Passionné par l’univers de la vigne et du vin, François Faiveley rachète de nombreuses vignes sur les très belles appellations de Montagny et Mercurey ainsi que de prestigieux climats à Nuits-Saint-Georges.
Depuis 2005, c’est au tour de la 7ème génération de la famille d’assurer la continuité du Domaine. Erwan Faiveley a succédé à son père, animé par la passion et la volonté de révéler la plus belle expression des terroirs de Bourgogne.
Dès son arrivée, Erwan Faiveley décide d’entreprendre de nouveaux investissements afin de doter la propriété des meilleures installations. Rejoint par sa sœur Eve en 2014, les deux frères et sœur président désormais à la destinée du patrimoine inestimable dont ils ont la responsabilité. 

Joseph Faiveley ou Domaine Faiveley ?
Comme souvent en Bourgogne, les producteurs exerçaient historiquement une activité de négociant. Dès sa fondation, la maison Faiveley s’est imposée en tant que négociant de vins de Bourgogne. Ce n’est qu’au fil des ans que le vignoble a été constitué pour devenir connu sous l’entité « Domaine Faiveley ». Aujourd’hui, le Domaine Faiveley poursuit son activé de négoce par l’intermédiaire de contrats d’approvisionnements réalisés auprès de vignerons rigoureusement sélectionnés. Ces vins sont commercialisés sous l’étiquette « Joseph Faiveley ». Les vins du Domaine exclusivement réalisés à partir des raisins de la propriété sont quant à eux étiquetés « Domaine Faiveley ».

Le domaine :
Un véritable joyau bourguignon, c’est ainsi que l’on peut définir le domaine Faiveley. Dans cette prestigieuse région viticole où la surface des exploitations viticoles ne dépasse pas une taille moyenne de 6,51 hectares, le domaine Faiveley constitue une rareté avec plus de 160 hectares de vignes en propre. C’est aujourd’hui l’un des plus grands domaines de Bourgogne qui s’étend en Côte de Nuits, Côte de Beaune, Chablis et Côte Chalonnaise.
La famille Faiveley a toujours su se développer en faisant l’acquisition de parcelles d’exception dans chacune des appellations investies. Le domaine Faiveley possède ainsi une collection de Grands Crus sur 13 ha et de Premiers Crus (30 ha) notamment en Corton, Corton Charlemagne, Gevrey-Chambertin, Nuits-Saint-Georges et Chambolle-Musigny. Depuis 2010, le domaine Faiveley s’est agrandi à Gevrey-Chambertin (Dupont Tisserandot), à Musigny et récemment à Chablis (Billaud-Simon). L’investissement réalisé à Mercurey est simplement somptueux : nul doute que le domaine agrandira également son vignoble dans cette partie de la Bourgogne.

A la vigne :
Parce que les grands vins ne naissent qu’en raison d’un rigoureux travail à la vigne, la plus grande attention est portée au vignoble. Les vignes sont cultivées dans le plus grand respect du terroir en suivant les principes d’une viticulture raisonnée. Tout au long de l’année, l’équipe technique du domaine suit le cycle végétatif de la vigne en accompagnant chaque parcelle au quotidien. Chaque parcelle est suivie par un vigneron qui connaît parfaitement son climat permettant d’effectuer un travail de grande précision.
Au cours de l’hiver, les vignes sont taillées suivant la taille Guyot avant de réaliser l’ébourgeonnage au printemps permettant de limiter le rendement des vignes pour des raisins de grande qualité. Les sols sont labourés afin de permettre à la vigne de puiser des ressources minérales tout en favorisant le développement de la vie microbienne. 75% des intrants employés au domaine Faiveley sont bio. Les passages des tracteurs sont limités avec de réduire les émissions de CO2 et les eaux sont recyclées. Le domaine Faiveley œuvre aussi pour la préservation des puits de carbone.
Le domaine en Côte Chalonnaise est ainsi arrivé à un bilan carbone positif. Les 7 hectares des bois des Montots entourant le domaine permettent en outre de favoriser la diversité de la faune et de la flore environnante. Suite à la mise en place de ces bonnes pratiques à la vigne comme au chai, le Domaine Faiveley était en 2019, en cours de certification HVE (Haute Valeur Environnementale).

Vinification, élevage :
Dans le plus grand respect du fruit, les vendanges sont ramassées manuellement en petites cagettes avant de procéder au tri manuel des raisins. Les baies sont ensuite manipulées par gravité. La vinification s’opère quant à elle naturellement, à partir des levures indigènes ou sélectionnées afin de garantir l’authenticité de l’expression du terroir. À la pointe de la technologie, la magnifique nouvelle cuverie inaugurée à l’occasion de la vendange 2018 a permis de faire progresser le niveau des vins. L’élevage est traditionnellement effectué en fûts de chêne français durant 12 à 18 mois dans les caves voûtées du domaine datant du XIXème siècle. Ces pièces bourguignonnes ont été fabriquées par les plus grands artisans tonneliers français sélectionnés pour la finesse des grains et des chauffes modérées.
 

La Cuvée : Domaine Faiveley Auxey-Duresses rouge 1er cru ‘’Les Champs Fulliot ‘’   2019                                      38,00 €           


Exposition :                   Sud, Sud-Est
Sols :                              Terres rouges peu profondes (30cm) directement sur la roche.
Cépage :                        Pinot Noir 100%
Superficie parcelle :    0 ha 27 a 85 ca - [0,69 Acres]
Année de plantation : 1987
Vinification et élevage : Les raisins sont coupés et triés à la main.
La proportion de l'éraflage varie selon chaque millésime
Un pigeage quotidien est effectué pour extraire de la peau des raisins leur couleur, leurs tanins ainsi que leurs arômes.
Après 19 jours de cuvaison, la fermentation alcoolique s'achève. Le vin de goutte est écoulé par gravité tandis qu'un pressurage lent et doux du marc permet d'obtenir un vin de presse d'une grande pureté. Pendant 14 mois, nos vins sont élevés en fûts de chêne français (dont un tiers de fûts neufs) dans nos caves à l'hygrométrie et à la température naturelles et constantes. 
Ces fûts sont sélectionnés pour la finesse de leur grain et leur chauffe modérée.

Sa dégustation, les commentaires :
La robe est entre deux en termes de densité, mais bien jeune par la teinte violacée de ses reflets.
D’une bonne intensité, le nez se révèle sur un fruité net et pur, mêlant cerise et framboise, juste rehaussé d’une touche fumée complexifiante.
La bouche est d’un équilibre d’école, conjuguant finesse et densité, s’appuyant sur de solides atouts comme une matière mûre, une acidité qui apporte de la relance, un boisé à peine perceptible et un toucher de velours au grain fin. La finale effilée permet de l’apprécier longuement.
Très Bien + pour ce vin de belle maison de négoce qui applique tout son savoir-faire à des appellations moins prestigieuses.
Commentaires Jean-Loup du 19.09.2022.

Curieuses, curieux, vous voulez en savoir plus sur les domaines et éventuellement les contacter ? Voici leurs références.

Mystère - Chemins de l'Arkose (les)
Rue de la Reine,
63114 Montpeyroux
04 73 55 31 97
06 84 11 49 88

1 - Domaine Eric BONNETAIN
3 rue du Dessous
21190 Auxey-Duresses
Mail : ericbonnetain@outlook.fr
Tel : 03 80 21 61 65
Tel : 06 80 41 83 65

2 - Domaine Piguet-Chouet Max et Anne-Marye et Fils
16, route de Beaune
21190 Auxey-Duresses
Tel: 03 80 21 25 78
Tel: 06 89 97 07 82
Mail : piguet.chouet@wanadoo.fr

3 & 7 - Earl Prunier-Bonheu
23 Rue des Plantes
21190 Meursault
Tel : 03 80 21 66 56

4 - Domaine Taupemot-Merme
33, route des Grands Crus
21220 Morey-Saint-Denis
Tel : 03 80 34 35 24
Tel : 03 80 51 83 41
Port : 06 10 18 84 82

5 - Domaine de Montille
Rue de Pied-de-la-Vallée,
21190 Volnay
Tél : 03 80 21 39 14
Mail : contact@demontille.com

6 - Domaine Pierre Morey – Maison Morey-Blanc
13, rue Pierre Mouchoux
21190 Meursault
Tél : 03 80 21 21 03
Email:  contact@morey-meursault.fr

8 - Domaine Faiveley
8 rue du Tribourg
21700 Nuits-Saint-Georges - France
Tél : + 33 (0)3 80 61 04 55
Mail :contact@domaine-faiveley.com

 

Nous terminons donc en beauté cette dégustation riche d’enseignement, à l’heure où les prix des Bourgogne flambe. Monthélie semble se distinguer en rouge, mais ce n’est pas significatif avec des échantillons aussi faibles. Nous retiendrons le très beau doublé du domaine Pascal Prunier-Bonheur.
Un grand merci à l’ensemble des participants pour l’ambiance constructive qui s’est dégagée de cette belle dégustation et je n’oublie pas Jean-Loup pour l’ensemble de ses commentaires toujours aussi pertinents. 

Claude F.
Le 20.09.2022